Les dirigeants et la pornographie

« Mais je sais que vous n’avez point en vous l’amour de Dieu. » Jean 5 :42

Vous êtes-vous déjà interrogé sur le fait que la moitié de nos pasteurs pouvaient avoir des problèmes de pornographie comme le démontrent les statistiques? Notre pays possède beaucoup de séminaires et de collèges bibliques dirigés par des érudits dévoués et talentueux. Pourtant, plusieurs dirigeants de ministères se masturbent devant la pornographie. Comment ces hommes peuvent-ils traverser nos centres d’éducation chrétienne connaissant tellement la vérité de Dieu, même en grec ou en hébreux, tout en étant secrètement dépendant du péché sexuel?

Quelque chose ne va pas.

Dans son livre « So, You Want to be Like Christ » (Alors, vous voulez être comme Christ), Chuck Swindoll écrit :

« Je n’oublierai jamais une lettre que j’ai lue d’un gradué du Séminaire de théologie de Dallas, où j’ai servi comme président. Il écrivait qu’il était reconnaissant pour les années qu’il avait passé à notre belle institution. Ce qui m’a troublé était le fait qu’il se plaignait aussi du fait que lorsqu’il est arrivé, il était profondément en amour avec Jésus-Christ; mais lorsqu’il est parti, il était plutôt tombé en amour avec les textes bibliques. Pour toutes les bonnes raisons, nos professeurs ont fait de leur mieux pour lui enseigner les Écritures mais il est parti en aimant plus la Bible qu’il aimait son Sauveur. Pour utiliser les mots de Paul, « le serpent l’avait séduit ». Après quelques années difficiles dans le ministère, il en était venu à réaliser qu’il avait besoin d’aimer Christ. »

Swindoll poursuit:

Le message du christianisme devient rapidement un système de pensées éclairées au lieu d’un simple appel à se détourner du péché et à entretenir une relation avec Dieu. Le désir de plus de connaissance théologique, même si cela est très bon, a supplanté le simple appel de Le connaître intimement… »

J’ai parlé et correspondu avec des pasteurs qui luttent avec la pornographie et leurs histoires sont souvent les mêmes. Ils se sont fait prendre par la pornographie ou la dépendance au sexe à un jeune âge, ils ont trouvé le Seigneur et sont ensuite allés au séminaire ou au collège biblique où ils ont appris la Bonne Théologie, et ils ont continué de vivre une double vie chrétienne à la Jekyll et Hyde.

Dans son livre « What’s So Amazing About Grace?» (Qu’est-ce qu’il y a de si extraordinaire à propos de la grâce?), Philip Yancey écrit:

« Au collège biblique ou dans un camp chrétien, et même dans l’église, chacun apprend à avoir l’air « spirituel ». L’emphase qui est mis sur l’extérieur fait en sorte qu’il est facile pour une personne de prétendre, de se conformer, même en réprimant ou en cachant des problèmes intérieurs. Des années après avoir quitté le collège biblique, j’ai appris que certains de mes confrères étudiants souffraient de tourmente profonde intérieure (dépression, dépendances) qui n’avait pas été traitée pendant qu’ils fréquentaient le collège. Ils s’étaient plutôt concentrés à se conformer au comportement qui les environnait. »

Les pasteurs avec qui j’ai parlé sont souvent passés maîtres à « prétendre et se conformer ». Peu d’entre eux pourraient supposer qu’un homme de Dieu puisse se masturber devant la pornographie; alors, « cacher leurs problèmes intérieurs » est facile. La plupart d’entre eux sont des communicateurs talentueux pouvant faire une prédication remarquable sur l’amour de Dieu.

Ils connaissent peut-être le grec mais ils ne connaissent pas la grâce; elle ne s’est jamais rendue à leur cœur. Leurs actions en sont la preuve parce qu’un homme ou une femme dont le

cœur est rempli de l’amour de Dieu n’a aucun intérêt dans les choses contrefaites comme la pornographie. J’ai remarqué qu’il est souvent plus difficile de faire saisir le message de la grâce à un pasteur qu’à un profane; les pasteurs se concentrent tellement sur leur connaissance, leurs talents et leur succès apparent dans le ministère qu’ils ne voient pas leur propre souffrance.

Dans «The Pursuit of God» (À la poursuite de Dieu), A.W. Tozer écrit:

« Aujourd’hui, nous ne manquons pas d’enseignants bibliques pouvant présenter correctement les principes de la doctrine de Christ, mais un trop grand nombre d’entre eux semblent satisfaits d’enseigner les rudiments de la foi année après année, n’étant étrangement pas conscients que Sa présence ne se manifeste pas dans leur ministère et que rien de particulier n’arrive dans leur vie personnelle. Ils font le ministère aux croyants qui ressentent un désir à l’intérieur, lequel n’est pas satisfait par leur enseignement… C’est une chose sérieuse, et pas seulement des petits ragots dans le royaume, que de voir les enfants de Dieu affamés tandis qu’ils sont assis à la table du Père. La vérité des paroles de Wesley est établie devant nos yeux :

« L’orthodoxie, ou la bonne opinion (de la théologie), est, au mieux, une infime partie de la religion. Même si les bons sentiments ne peuvent subsister sans les bonnes opinions, les bonnes opinions peuvent pourtant subsister sans les bons sentiments. Il y a peut-être une bonne opinion de Dieu sans amour ou sans les bons sentiments de quelqu’un envers Lui. Satan en est la preuve. »

… L’art d’adorer a été perdu au profit de certaines parties de l’église et, à sa place, est devenu cette étrange chose incongrue appelée « programme ». Ce mot a été emprunté à la scène et appliqué avec une triste sagesse au genre de service publique qui se fait maintenant passer parmi nous pour de l’adoration. »

Tozer, un Pasteur d’environ 40 ans qui a écrit plus de 40 livres, a écrit « The Pursuit of God » (À la poursuite de Dieu) en 1949. Je devrais aussi mentionner que Tozer n’est jamais allé à l’école secondaire, au collège ou au séminaire. Christ était le premier amour de Tozer et ce qui débordait de cette relation était la puissante source du ministère de Tozer.

Nos séminaires et collèges bibliques font un excellent travail d’enseignement de la Parole de Dieu auprès des hommes et des femmes, mais nous n’atteignons pas leurs cœurs. Pour plusieurs d’entre eux, « Car ta bonté vaut mieux que la vie » (Psaumes 63 :3) est un précepte ou un principe à être enseigné le dimanche matin et non quelque chose qu’ils ont goûté.

Si nous devions faire un séminaire « Blazing Grace », nous irions droit au cœur de nos étudiants; notre but serait de les voir tomber en amour avec Christ. Le séminaire « Blazing Grace » serait préparé en fonction d’ajouter et de compléter, non de remplacer, nos centres d’apprentissage théologique.

Notre séminaire serait situé dans un endroit paisible, quelque peu isolé, où les hommes et les femmes pourraient chercher Dieu, peut-être dans les vertes forêts du Colorado. (Les déserts de la Californie feraient également l’affaire mais je ne pense pas que ma femme y vivrait). Le complexe aurait une entrée principale, une salle à dîner et 50 chambres individuelles; nous pourrions y recevoir 50 personnes à toutes les 2 semaines. Il n’y aurait pas de télé ni d’ordinateur dans les chambres, seulement un lecteur de CD pour la musique.

Il y aurait un signe sur la porte de l’entrée principale sur lequel on pourrait lire « Aucun masque permis; seules les personnes brisées peuvent entrer ». Ce n’est pas un endroit pour jouer au « jeu du bon chrétien » ou pour tenter de se conformer à des règles établies; nous y recherchons des relations authentiques. Pour faire du Séminaire « Blazing Grace » un endroit sécuritaire, tous ceux qui y participent devraient signer une entente de confidentialité afin que ce qui y est partagé ne soit pas révélé à d’autres.

Notre formation aurait une durée de 2 semaines et impliquerait ce qui suit :

Semaine 1, jour 1: L’isolement c’est la mort

Chaque jour de la formation, de nouveaux versets sont inscrits sur le tableau noir qui se trouve en avant dans la pièce où nous nous rencontrons. Les versets du jour sont :

Celui qui se tient à l’écart cherche ce qui lui plaît, il s’irrite contre tout ce qui est sage. Proverbes 18:1

Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde. Proverbes 28:13

Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficacité. Jacques 5:16

Le formateur (moi) donne le ton en racontant son histoire avec une honnêteté cruelle; nos étudiants ne se sentiront pas à l’aise de s’ouvrir si leur formateur se cache derrière une tour d’ivoire.

Par la suite, chaque personne doit faire la même chose; nous leur demandons où ils en sont avec la luxure, la masturbation, la pornographie, les aventures amoureuses, la drogue, la boisson et même la boulimie. Nous leur demandons comment va leur mariage, et comment étaient leurs relations avec leur père et leur mère. Chaque partie de leur vie est explorée, fouillée, sondée et testée. Il vaut mieux faire sortir ces choses maintenant dans un endroit sécuritaire que d’attendre le « grand train de la décadence » des années plus tard.

Dans cet environnement sécuritaire d’acceptation et ayant tout mis sur la table, des liens étroits commencent à se tisser, et la guérison commence. Certains partageraient des blessures et des secrets pour la première fois de leur vie. Nous terminons chaque jour en priant les uns pour les autres de façon spécifique, tel que démontré dans Jacques 5 :16.

Semaine 1, jour 2: Déchéance 101

Nous sommes tous comme des impurs, et toute notre justice est comme un vêtement souillé; nous sommes tous flétris comme une feuille, et nos crimes nous emportent comme le vent. Ésaïe: 64:6

Aujourd’hui, nous nous concentrons à aider nos élèves à voir leurs vies comme des tragédies fatales. Nous poussons dans des endroits comme l’orgueil, l’aveuglement et les motifs déformés. Nous les mettons au défi de nous exposer tous les motifs qui sont centrés sur eux-mêmes pour se joindre au ministère, par exemple : pour qu’on ait besoin d’eux, pour obtenir l’adulation et l’approbation des autres, ou pour gagner l’amour de Dieu. Nous établissons devant eux le standard impossible à atteindre de Dieu qu’est la pureté sexuelle (« mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur » Matthieu 5:28), afin qu’ils puissent comprendre que, s’ils veulent être honnêtes, ils ne peuvent aucunement rencontrer les exigences de sainteté de Dieu. Nous les aidons à voir que le ministère provient seulement et uniquement de la puissance de Dieu; ainsi, ils ne s’attardent plus et ne se reposent plus sur leurs propres efforts, leurs dons, leur éducation ou leurs habiletés.

Le fait d’accepter leur déchéance est primordial pour le succès de nos étudiants, sans quoi ils continueront de se reposer sur eux-mêmes et deviendront les proies des convoitises de la chair. Il ne doit y avoir aucun doute dans leur cœur qu’ils recherchent désespérément Dieu.

Semaine 1, jour 3: Exposer leurs mensonges

Celui qui n’avait reçu qu’un talent s’approcha ensuite, et il dit: Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n’as pas semé, et qui amasses où tu n’as pas vanné; Matthieu 25:24

Au jour 3, nous aidons nos étudiants à voir les mensonges qu’ils croient concernant Dieu, les autres et eux-mêmes, et nous les comparons ensuite à la vérité. L’homme ou la femme qui se tourne vers la pornographie, les drogues, qui se goinfre ou qui devient accro du boulot révèle le fait qu’il voit Dieu comme étant « un homme dur » qui ne l’aime pas. Le mensonge principal qui les emmène dans une grâce contrefaite est celui-ci : « Je ne peux pas être aimé de Dieu ou des autres comme je suis; je n’ai aucune valeur ». Ces mensonges doivent être exposés en pleine lumière, déracinés et jetés afin que la vérité de l’amour de Dieu donnant la vie puisse prendre racine dans la terre de leur cœur.

Semaine 1, jour 4: Faire face aux blessures

Un cœur joyeux est un bon remède, mais un esprit abattu dessèche les os. Proverbes 17:22

Pendant que s’effectue le processus d’exposer les mensonges internes, des blessures nécessitant la guérison seront aussi exposées telles que l’abus, la négligence et l’abandon. Certains auront sans aucun doute vécu des traumatismes tels que l’abus sexuel, et auront besoin d’attention particulière. Ces blessures sont celles avec lesquelles le centre des mensonges et de la honte se sont enveloppés; sans guérison dans ces domaines, ils continueront à se battre avec une vis de blocage spirituelle qui les empêche de recevoir l’amour de Dieu.

Semaine 1, jour 5: La grâce

Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ. Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. Éphésiens 2:4-10.

Au jour 5, nous nous concentrons sur le cadeau incroyable de la grâce de Dieu pour nos étudiants. Afin d’être un intermédiaire de Son amour, ils doivent premièrement le recevoir dans leur cœur; ce qui n’a pas été reçu ne peut pas être donné aux autres. Sans l’amour de Dieu dans leur cœur, nos futurs dirigeants de ministères seront juste un peu plus que des gongs bruyants.

Chaque péché qu’ils ont commis est lavé dans le sang de Jésus à la croix, peu importe à quel point c’était malade, honteux ou caché, et peu importe ce que les autres ont pu leur faire. Ils ont seulement besoin d’accepter le cadeau de la grâce de Dieu et de Son amour; ils ne peuvent pas l’obtenir en entrant dans le ministère ou en « faisant des choses pour Dieu ». Il ne faut pas sauter au travers d’un cerceau, ni de précepte théologique à maîtriser pour déverrouiller le secret de Sa grâce.

« Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit.  Et quand j’aurais le don de prophétie, la

science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j’aurais même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas la charité, je ne suis rien. » 1 Corinthiens 13 :1-2

Semaine 2, jours 1-5: Chercher Dieu

Joseph a passé 2 ans en prison avant d’être promu à la vice-présidence d’Égypte. Moïse a nourri les moutons dans des régions sauvages pendant 40 ans avant que Dieu l’appelle à diriger la nation d’Israël hors d’Égypte. David a passé plusieurs de ses jeunes années seul à s’occuper de moutons. Jean le Baptiste a été élevé dans une contrée sauvage. Jésus a été seul dans le désert pendant 40 jours avant de débuter son ministère terrestre. Paul a passé des années en prison à écrire les lettres qui forment une grande partie du Nouveau Testament. Dieu a souvent préparé ceux qu’Il utiliserait puissamment en permettant qu’ils soient seuls avec Lui pendant une période de temps prolongée.

Nos étudiants passeront 5 jours à chercher la face de Dieu. Chaque jour durant la deuxième semaine, ils seront envoyés dans la nature pour chercher le Seigneur et Lui seul. Ils ne chercheront pas Dieu et; ils chercheront Dieu seul.

Ces versets sont affichés au cours de la deuxième semaine :

L’Éternel, du haut des cieux, regarde les fils de l’homme, pour voir s’il y a quelqu’un qui soit intelligent, qui cherche Dieu. Psaumes 14 :2

Mardi :

Car ainsi a parlé le Seigneur, l’Éternel, le Saint d’Israël: C’est dans la tranquillité et le repos que sera votre salut, c’est dans le calme et la confiance que sera votre force. Mais vous ne l’avez pas voulu! Ésaïe 30:15

Mercredi :

Vous me chercherez, et vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre cœur. Jérémie 29:13

Jeudi:

Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie! Jean 5 :39-40

Vendredi:

Heureux ceux qui gardent ses préceptes, qui le cherchent de tout leur cœur, qui ne commettent point d’iniquité, et qui marchent dans ses voies! Psaumes 119 :2-3

Pendant qu’ils chercheront le Seigneur, nos étudiants découvriront le mystère merveilleux de la communion silencieuse avec le Dieu vivant. Au début, il sera difficile de rester sans bouger et d’écouter pendant une période de temps prolongée; le fait de sortir du train-train de l’occupation viendra à l’encontre de leur façon de vivre disant que « je dois faire quelque chose pour Dieu ». Tandis que leurs esprits se calment, quelque chose d’étrange survient alors; la paix s’installe; leur cœur s’attendrit pour ensuite s’ouvrir un peu, se languissant pour Dieu. Leur faim de Dieu s’intensifie et ils Le cherchent alors davantage.

Tandis qu’ils se délectent dans Sa présence durant la semaine, les yeux de nos étudiants s’ouvrent. Soudainement, ils réalisent que Dieu les avait entourés de Son amour chaque jour de leur vie; ils avaient seulement été aveugles à ce propos. Leurs cœurs se brisent et s’ouvrent grand à l’amour passionné qu’ils ont pour Lui, et toutes les autres choses de la vie perdent soudainement de leur importance. « Car ta bonté vaut mieux que la vie » n’est plus seulement de la théologie; c’est maintenant plus réel, plus puissant et plus précieux que toute autre chose sur terre pour eux.

Les dirigeants ministériels qui ont fait face à leur propre brisement connaissent l’importance de faire de l’église un endroit sécuritaire où les autres peuvent exposer leurs péchés secrets et recevoir la grâce. Comme Dieu est maintenant le premier dans leur cœur, ils se préoccupent plus de plaire au Seigneur que de plaire aux gens, et ils n’ont aucune difficulté à proclamer hardiment toute la vérité de Dieu.

Ceux dont le cœur est rempli de l’amour de Dieu pointent passionnément les autres vers Dieu. Ils ont une aversion envers la « chose bizarre et étrange appelée un programme » dont Tozer a parlé, car les programmes ne peuvent pas remplir un cœur vide avec l’amour de Dieu. Libérés de la nécessité d’impressionner les autres ou de gagner l’approbation de Dieu par le ministère, ils se reposent maintenant complètement sur Sa puissance et Sa direction, les faisant ainsi devenir de la dynamite spirituelle entre Ses mains. La vie est maintenant une belle aventure dans la foi, et le Seigneur peut en nourrir plusieurs à travers eux.

« Et l’un d’eux, docteur de la loi, lui fit cette question, pour l’éprouver: Maître, quel est le plus grand commandement de la loi? Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. » Matthieu 22 :35-38

La question la plus importante dans la vie n’est pas si nous connaissons la Bible, mais si nous aimons Dieu; le cœur est montré en premier dans le plus grand commandement, tandis que la pensée est en dernier. (Quel homme a déjà dit à sa femme je t’aime de toute ma tête?). Si nous voulons équiper nos dirigeants ministériels afin d’être des outils bien affûtés entre les mains du Maître, nous devons toucher leurs cœurs ainsi que leurs pensées.

En fait, l’église doit toucher le cœur de chaque personne.

Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts. Philippiens 3 :7-11