“Je crois qu’on a besoin de parler”

“Je fais ce que je ne veux pas faire” – Je peux m’identifier à ce verset. En tant que leader d’un groupe de jeunes, j’ai donné une apparence à beaucoup de gens et en même temps, pendant 10 ans, j’ai pris part à la pornographie, parfois jusqu’à tard dans la nuit. Au travers de cette addiction, j’ai non seulement blessé énormément ma petite amie à cette époque, mais j’étais également dans le désespoir car je savais que ce que je faisais déplaisais à Dieu.

J’étais âgé seulement de 8/9 ans quand j’ai trouvé un magazine porno devant une poubelle pour papiers. Je ne connaissais rien du sexe ni de la pornographie, mais ce que je voyais retournait mon estomac. En même temps, j’étais fasciné par ce que je voyais. Mon deuxième contact avec la pornographie est venu lorsque j’avais 12 ans en jouant à un jeu de strip-poker sur le PC. Au travers de la TV, des magazines porno et internet j’ai découvert le sexe par moi-même . J’ai senti que le sexe tourné vers moi (masturbation) apportait un vide énorme dans mon cœur. Encore et encore, j’ai demandé à Dieu de me pardonner. Même si j’ai souvent expérimenté la grâce, la patience infinie et son amour profond pour moi, j’ai continué à le faire.

Je me suis battu difficilement contre mes sentiments de culpabilité.

Toutefois, à cette époque, je ne voulais pas reconnaître que j’étais dépendant de la pornographie. C’est seulement plus tard que j’ai accepté ma dépendance. Je recherchais du « materiel » pour satisfaire ma faim. Une fois j’ai eu un contenant en papier pour voir des magazines porno malgré le fait qu’il y avait plus de 2000 autres personnes qui vivaient dans ce complexe. J’ai vérifié qu’il n’y avait pas une copie de Playboy ou autre et en même temps, rien n’était trop gênant pour moi.

Etant un jeune leader je ne pouvais parler à personne de mes problèmes porno et surtout pas aux jeunes. Je me sentais schizophrène comme un chrétien qui vivait une double vie. Je me suis souvent demandé si Dieu pouvait utiliser cette personne handicapée. Même mes parents ne connaissait pas ma consommation pour la pornographie pendant la nuit car notre télé et notre PC étaient au sous-sol. J’y étais souvent tenu jusqu’à 2 ou 3 heures du matin.

Le changement est venu lorsque ma petite amie m’a attrapée, tandis que je regardais une page internet. J’ai éteint mon ordinateur aussi vite que je pouvais et me suis caché dans le “trou d’une souris” – une armoire avec des portes coulissantes – pour des raisons cruciales. Ma femme m’a dit durant des séminaires que je m’étais assis dans “une image de misère” – “Phil, je pense que nous devons parler!” m’a-t-elle dit alors que j’étais assis là mourant mille fois. La prochaine question pour moi a été comment finalement sortir de ce désordre porno terrible.

Le même jour j’étais à genoux devant Dieu et ma petite amie et j’ai promis de ne plus jamais avoir à faire à la pornographie. Effectivement cette promesse n’était pas facile à tenir. C’était la bonne chose à faire pour moi à ce moment là et depuis j’ai été libéré. Il y a eu d’autres facteurs impliqués, quoique, ça m’a aidé d’en finir avec cette addiction. J’ai réalisé à quel point j’avais blessé Karina et que ces choses ne pouvaient pas continuer ainsi. A la même époque j’ai été attrapé lorsque j’étais au bout de ma corde et que je ne voulais pas prendre ce chemin. Je pense que souvent nous ne sommes pas à ce point et laissons une porte ouverte disant – “Un peu de porno – cela n’a jamais tué personne!”

A partir de là, Dieu m’a encouragé à nettoyer mes pensées car même une pensée d’une affaire ou une femme nue est dangereux. Jésus parle de l’adultère spirituel. Deux choses m’ont vraiment aidé ; la première a été mon meilleur ami, et la seconde a été ma femme – deux personnes pour qui je suis redevable et à qui je pourrai toujours parler de mon état.

80% du pouvoir porno est brisé lorsque les gens commencent à parler et expriment leur pensées avec quelqu’un d’autre. J’ai également installé des protections sur mon ordinateur qui informent mes partenaires responsables quels sites j’ai visité.

C’est clair pour moi que je ne peux pas me “nettoyer” par moi même. J’ai appris à ne pas avoir peur de ma prochaine faute et de ne pas me crisper sur des sujets portant sur le sexe. Lorsque je regarde un fond d’écran avec une femme nue, je ne panique pas comme avant. Je reconnais que je l’ai vue mais ne reste pas dessus. J’ai appris à parler à Dieu de ma sexualité et à appeler comme elles sont et je lui ai demandé de remplir le vide de mon coeur. C’était important pour moi de découvrir que j’étais vulnérable. J’étais vulnérable lorsque j’étais seul, effrayé et fatigué. Ma femme et moi avions fixé d’aller dans la chambre en même temps. Cet homme qui regardait la pornographie jusqu’à tôt le matin n’existe plus. Certains peuvent trouver ça ennuyeux, des émotions non résolues, de l’aventure, un manque d’affection ou une crise qui alimente le porno.

La pornographie est juste une copie bon marché des plans que Dieu a pensé pour la sexualité : ça vous tient vide alors que Dieu a créé l’homme entier incluant sa sexualité.

Depuis que Dieu a placé le sujet « Sortir de la pornographie » dans mon cœur, je suis devenu un membre de l’équipe qui veut aider les gens à arrêter. Mon but est que les églises chrétiennes, les associations, les couples mariés, les groupes bibliques de maison commencent à parler des chemins de sortie de la pornographie. Nous avons également commencé des groupes d’entraide. Je suis tellement content que Dieu m’ait tiré de ces déchets et Il a été si patient et m’a donné beaucoup d’amour. Je me suis finalement débarrassé de cette personne déficiente et j’expérimente cette superbe liberté concernant la sexualité que Dieu a prévu pour nous. Bien sûr il y a des moments où je suis tenté que je dois mettre en lumière avant que ces choses suppurent.

Partager